La paroisse
L'église de Carspach

L'église de Carspach


L'église de Carspach connut bien des vicissitudes

Le sanctuaire primitif est déjà attesté en 1280 à Karolspach. En 1338, Jeanne de Ferrette en fit donation au chapitre de Bâle. Victime d'un incendie au XVe siècle, le sanctuaire fut reconstruit début du XVIIe siècle. Mais en 1776, il fut déjà trop exigu pour une population grandissante. Il dut finalement attendre 145 ans, c'est-à-dire au seuil du délabrement, pour être remplacé. En 1832, on s'attaqua à la construction qui, dès 1845, s'avérait défectueuse à maints égards : décollement du crépi, pourrissement de la charpente, émiettement des plâtres, bris de vitraux mal enchâssés, portes branlantes ...

Dès 1854, on se remit résolument au travail. De nouveaux éléments furent mis en place : la flèche fut couverte de zinc, la façade et le beffroi furent embellis par des pierres de taille, on ajouta trois rosaces vitrées, quatre croisées cintrées à la tour du clocher, un cadran d'horloge, une nouvelle chaire à prêcher. Mais bientôt la commune dut faire face à de nouvelles malfaçons, à de nouvelles réparations, à de lourdes factures de maçonnerie et de menuiserie. En 1864, le sanctuaire s'enrichit de trois autels, de stalles neuves, d'un chemin de croix, d'une table de communion, d'un dallage dans le chœur et en 1913, le chauffage y fut installé.

Ce n'est qu'en 1914 que l'église fut en état de répondre à ses fonctions. Mais, après les bombardements de la Première Guerre mondiale, elle offrit un spectacle lamentable : murs éventrés, nef ouverte à tous vents, mobilier à demi détruit, cimetière balafré de tranchées. L'ancienne salle de réaction des Bains Sonnenberg dut servir de chapelle provisoire. De nouvelles réparations s'imposèrent.

Financée par les dommages de guerre, la reconstruction, commencée en 1922, s'acheva en 1924, année de l'inauguration. En 1925, on mit en place une horloge avec les trois cadrans récupérés, ainsi qu'une sonnerie électrique. En 1932, deux monuments aux morts, à la mémoire des victimes civiles et militaires, furent érigés de chaque côté du portail. Malheureusement, en 1941, l'occupant nazi germanisa les prénoms, effaça les inscriptions françaises, supprima les glaives et les calices de feux qui ornaient les monuments. En 1955, la commune fit restaurer les monuments aux morts. Sur celui de droite sont gravés les noms des victimes de 1914-1918 et sur celui de gauche celles de 1939-1945.

Personnalités locales et régionales lors de l'inauguration du monument aux morts, le 11 novembre 1932. Le curé Lucien Strub et André Allimann, remplaçant le maire Meyberger décédé la veille, présidaient cet événement.

En 1988, l'église retrouva un nouvel éclat grâce à une entreprise de peinture de la région et de l'aide d'une vingtaine de bénévoles. Les teintes employées, beige rosé et chamois clair, les boiseries vernissées et rehaussées d'or à la feuille et dix lustres neufs, conférèrent à l'édifice une esthétique harmonieuse, faisant de l'église de Carspach, l'une des plus belles de notre Sundgau.

Orgue de Carspach

Date de publication: 08/05/2010 14:50
comments powered by Disqus